Jump to Navigation

Ligne verte(appel sans frais):  +257 22 27 71 21

ARTICLES RÉCENTS

Déclaration de la CNIDH sur le massacre de Ruhagarika

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) condamne sans réserve le massacre de 26 personnes, dont 5 femmes et 12 enfants, perpétré dans la nuit de ce 11 mai 2018 à Ruhagarika, en Commune Buganda, Province Cibitoke. Les enquêtes préliminaires indiquent que ce crime odieux et lâche a été commis par un groupe d’individus armés venu de la République Démocratique du Congo (RDC) et qui y serait retourné juste après le forfait.

Déclaration de la CNIDH à la veille de la campagne pour le Référendum Constitutionnel du 17 mai 2018

1. La Commission Nationale Indépendante des Droits de l'Homme (CNIDH) condamne fermement les propos scandaleux et irresponsables tenus au mois d'avril 2018 à Migera, Commune Kabezi, Province de Bujumbura, par un politicien déclarant son intention de recourir à la violence dans le traitement des adversaires politiques.

Déclaration sur la situation des droits de l’homme au 9 février 2018

1. La situation sécuritaire et des droits de l’homme est généralement bonne dans le pays. Il s’observe une accalmie sur toute l’étendue du territoire national et la population vaque paisiblement à ses activités quotidiennes. Aucun cas alarmant n’a été relevé depuis plusieurs mois. 

Déclaration de la CNIDH du 11 septembre 2017 suite au rapport de la Commission d’enquête sur le Burundi

Suite à la publication, le 4 septembre 2017, du Rapport A/HRC/36/54 de la Commission d’enquête sur le Burundi, créée par la Résolution 33/24 du Conseil des Droits de l’Homme du 30 septembre 2016, la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) voudrait porter à l’attention de l’opinion nationale et internationale les observations suivantes.

Déclaration de la CNIDH sur la situation des droits de l'homme du 28 juillet 2017

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l'Homme (CNIDH) note avec satisfaction une nette amélioration de la situation sécuritaire et des droits de l'homme dans tout le pays.

La CNIDH se réjouit du retour progressif et volontaire des refugies burundais, y compris des responsables politiques. La CNIDH note avec intéret les informations faisant éat de plus de 43 000 refugies burundais ayant déjà formulé des demandes de rapatriement volontaire.

Déclaration du Président de la CNIDH, Jean-Baptiste Baribonekeza, au Conseil des Droits de l’Homme, à Genève, 14 juin 2017

Excellence Monsieur  le Président du Conseil,

Excellence Monsieur le Représentant du Gouvernement de la République du Burundi,

Excellences Mesdames et Messieurs,

La  CNIDH voudrait exprimer encore devant l’éminent Conseil que des améliorations significatives s’observent au niveau de la situation sécuritaire au Burundi, en dépit d’un certain nombre d’incidents sécuritaires relevés ici et là dans le pays. 

Déclaration du Président de la CNIDH, Jean-Baptiste Baribonekeza, au Conseil des Droits de l’Homme, Genève, 13 mars 2017

Excellence Monsieur  le Président du Conseil,

Excellence Monsieur le Représentant du Gouvernement de la République du Burundi,

Excellences Mesdames et Messieurs,

Depuis sa dernière déclaration devant ce Conseil, la CNIDH note une nette amélioration de la situation sécuritaire et des droits de l’homme, même si de nombreux défis persistent.

Déclaration de la CNIDH du 4 novembre 2016

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) est préoccupée par la détérioration des relations entre l’Etat du Burundi et le système onusien des droits de l’homme, en particulier le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH). Cette détérioration est marquée notamment par les désaccords sur certaines décisions des Nations Unies et notamment la Résolution 2303

Subscribe to CNIDH RSS


Toutes nos publications

Main menu 2

by Dr. Radut